Réénergisez-vous avec la posture de l'enfant

La posture de l'enfant, appelée balasana ("bala" signifiant  "enfant" et "asana" "posture"), est une posture relaxante par excellence. Elle nous invite à revisiter la position du fœtus, dans la détente et l'abandon, générant ainsi un réel ressourcement.

Description de la posture

Balasana est souvent utilisée comme posture de transition ou contre-posture après une flexion arrière (posture du cobra, par exemple). Elle permet de créer un temps de détente et d'intériorisation après une posture plus exigeante. Pour prendre la posture, asseyez-vous sur vos talons, le dos droit, les mains posées sur les genoux. Écartez vos genoux, d'une distance égale à la largeur de vos hanches. Inspirez en allongeant le dos puis, sur l'expiration, baissez votre buste et positionnez-le sans forcer entre vos cuisses, de façon à ce que l'extrémité de vos côtes prenne appui sur les cuisses. Puis, posez délicatement le front sur le sol. Pensez à maintenir le coccyx au contact des talons. Déployez les bras le long du corps, laissez tomber vos épaules, elles vont ainsi ouvrir les omoplates, et laissez reposer les paumes de main ouvertes vers le ciel.

Variations & accessoires

Cette posture classique connaît plusieurs variations: les jambes peuvent rester serrées et les bras peuvent s'étirer à l'avant du corps. La vocation de balasana est de créer un moment d'abandon où le corps se libère. Ainsi, en cas de besoin, vous pouvez également utiliser un coussin ou une couverture pour y poser votre front. Vous pouvez positionner l'accessoire entre les talons et les fessiers et/ou sous les chevilles pour éviter toute friction. Par ailleurs, si vous éprouvez une faible douleur au niveau des genoux, vous pouvez positionner un poing sur l'autre devant vous pour y poser votre front. Utilisez cet instant pour vous détendre, accompagnez votre respiration pour qu'elle traverse les tensions et visualisez-la au niveau du dos. Cette partie du corps, qui se dérobe à notre regard, se voit souvent négligée, aussi cet instant peut-il nous aider à l'habiter plus consciemment.

Contre-indications et bienfaits

Balasana est déconseillée en cas de diarrhée ou de problèmes au niveau des genoux. Cette posture, toute simple, peut néanmoins apporter de véritables bienfaits. Elle détend profondément, amène un supplément de sang dans la tête, tranquillisant ainsi le système nerveux, et aide à dissiper le stress. Par le relâchement du dos qu'elle opère, elle permet l'évacuation des tensions localisées dans le bas du dos, la colonne vertébrale, au niveau des épaules et de la nuque. En même temps, elle produit un stretch doux au niveau des cuisses, des chevilles et des hanches. Elle offre un moment de paix, un refuge où se retrouver avec soi même. Une posture simple qui, réalisée avec conscience, génère calme et sérénité.
Nous observons la troisième variante de Marichyasana. Il s’agit d’une torsion qui masse les organes de la partie inférieure de l’abdomen. De plus à condition de se redresser suffisamment, elle est bénéfique pour l’ensemble de la colonne vertébrale, qui s’étire et s’assouplit. Enfin comme pour tout asana la respiration doit être longue, lente, profonde et confortable.
 
- Isabelle Calkins