Le culte de la vache

Qui n'a pas été intrigué à la vue de ces photos montrant un troupeau de bovins déambulant paisiblement dans les rues d'une ville Indienne? C'est que l'animal est sacré au pays de Gandhi. Symbole de maternité et d'abondance, la vache jouit d'un statut unique qui lui attire vénération et bienveillance.
 

La naissance du culte

Nombre de peuples anciens ont manifesté une dévotion quasi religieuse à l'égard du taureau (culte de Mithra, le taureau primordial) et de la vache (la mère nourricière). En - 3500 avant J.-C., les Aryens envahissent le sous-continent indien et diffusent en même temps leur mode de vie de pasteurs nomades. Le bétail domestiqué assure en grande partie la survie des populations. La vache produit le lait, véritable source de vie, qui l'érige au rang de Déesse-Mère. Le bœuf, quant à lui, tire la charrue et constitue une force de travail indispensable. Aux VIème et Vème siècles avant J-C, le janaïsme et le bouddhisme prêchent ardemment "ahimsa", le principe de non-violence et de respect de la vie sous toutes ses formes. Différents monarques hindous travailleront aussi à imposer cette règle qui établit le végétarisme. "La viande des animaux est comme la chair de nos propres fils" rappelle le Mahabharata. Il est vrai que la croyance dans la réincarnation suppose que chacun peut renaître, au cours d'une vie, sous la forme d'un animal.
 

Les produits de la vache

Le culte de la vache est aussi intrinsèquement lié à sa valeur "productive". En effet, la vache fournit à l'homme des produits essentiels à ses besoins vitaux:
- La lait, nécessaire à l'organisme. Il lui apporte calcium, protéines, vitamines et matières grasses. En Âyurveda, il est utilisé pour administrer les préparations médicinales, il augmenterait l'effet fortifiant des herbes. En général, il contribue à la santé et à la longévité.
- Le lait caillé qui produit le yaourt, très prisé en cuisine indienne.
- Le ghee, le beurre clarifié, également très présent en cuisine indienne et utilisé lors de certains rituels hindous et védiques.
- La bouse, les excréments séchés de la vache, sert d'engrais naturel et de combustible de chauffage. Elle peut aussi être appliquée sur les murs ou sur les sols des maisons pour chasser humidité et poussière.
- L'urine est parfois consommée car elle contiendrait des vertus médicinales.
Ces 5 produits sacrés, appelés "Pancagavya", sont réputés contribuer à la purification du corps et de l'âme.
 

Un pilier spirituel et...économique

Le Rig Veda, considéré comme l'une des écritures religieuses les plus anciennes, célèbre la majesté de la nature. La vache, alors offerte en sacrifice aux Dieux et dont la chair était savourée par les prêtres, y occupe une place essentielle. Elle est nommée "Sabardudha", celle qui produit toutes les richesses et le lait est comparé aux rayons du soleil qui insufflent la vie ou à la pluie qui fertilise. D'ailleurs, Krishna lui-même n'était-il pas gardien de vaches? Dans un pays, encore touché par une grande pauvreté, elle permet aux plus nécessiteux de se nourrir et de disposer d'une force de travail. Si elle meurt de mort naturelle, certaines castes dans le besoin peuvent en consommer la viande. Sa peau tannée est aussi transformée en cuir. A la fois vénérée et véritable soupape de sécurité d'une économie qui compte beaucoup d'oubliés, la vache peut dormir sur ses lauriers... et continuer à déambuler sereinement dans les rues indiennes.

 
 
- Isabelle Calkins -