Le Sikhisme

Fondée par Guru Nanak (1469-1539) au XVIème siècle, le Sikhisme est une religion monothéiste Indienne. Elle compte environ 20 millions de fidèles en Inde (2% de la population), concentrés essentiellement au Pendjab et à Delhi. Empruntant des éléments à l'hindouisme et au soufisme, elle prône la tolérance et la bonté de cœur.
 

Le fondateur

Originaire du Pendjab (dans l'actuel Pakistan) dans le Nord-Ouest de l'Inde, Guru Nanak se révèle très tôt intéressé par le mysticisme. Baignant dans l'enseignement hindou, en même temps qu'influencé par la religion musulmane, il ne cessera d'insister sur l'essence commune des religions plutôt que sur leurs différences. "Il n'y a ni hindou et ni musulman" déclarera-t-il car l'homme est avant tout disciple. En effet, "sikh" signifie "disciple" en sanscrit c.-à-d. "celui qui apprend". L'homme est en apprentissage jusqu'à  ce qu'il rencontre dieu et donc le divin qui sommeille en lui et qu'il fasse l'expérience de l'amour de dieu. Après une expérience mystique intense, Guru Nanak rédige un poème, qui pose les bases de son enseignement, et décide de voyager pour continuer d'apprendre et enseigner. Il accompagne son premier disciple qui effectue son pèlerinage à La Mecque et poursuit sa route jusqu'en Arabie, en Perse et en Afghanistan. A son retour, il crée un village à Katarpur, "la ville du créateur" et une communauté.
 
 

Les 10 maîtres

A sa mort, Guru Nanak désigne un successeur pour poursuivre son œuvre. Ils furent ainsi 10 maîtres à se succéder jusqu'en 1708. Guru Arjun Dev, le cinquième gourou, rassembla les textes et poèmes écrits par ses prédécesseurs. Plus tard, des poèmes des 9ème et 10ème gourous y furent ajoutés pour former le livre sacré Sikh appelé Guru Granth Sahib. Ce livre saint est exposé au célèbre Gurdwara ("la maison du gourou") du Temple d'Or à Amritsar (fondé par le 4ème gourou). Preuve de tolérance, le livre sacré comporte des enseignements du poète mystique Kabir et du soufi Chaykh Farid. Le Guru Granth Sahib est l'un des rares enseignements religieux dont les textes furent couchés sur papier du vivant de ses fondateurs. Les enseignements contenus dans le livre sacré sont considérés comme un gourou vivant. C'est le 10ème et dernier gourou, Guru Gobind Singh, qui introduisit la cérémonie du baptême sikh, appelée Amrit, accentuant ainsi l'identité de cette communauté.
 
 

Un idéal moral élevé

Le sikh vénère un dieu, éternel et créateur, et les 10 gourous. Pour lui, dieu est infinité. Il ne peut s'incarner ni ne peut être représenté. L'homme doit travailler ardemment à sa délivrance ("Mukti") qui clôturera le cycle de ses renaissances et lui permettra d'accéder à sa nature divine. Ce cheminement exige un travail opiniâtre, sincère et honnête, empreint de dévotion et de détachement. Le sikhisme est tourné vers le service et la fraternité et insiste sur l'aide à apporter à son prochain, en donnant de son temps ou en effectuant des dons. Il a toujours condamné le système des castes, toujours d'actualité en Inde. Le sikhisme repose sur une pratique quotidienne, porte d'accès au divin. Elle mêle prières, chant et méditation et, si possible, une visite au Gurdwara. En ce sens, le Sikhisme est proche de l'hindouisme et du soufisme qui prônent un idéal élevé. Aujourd'hui, le Sikhisme connait un certain regain d'intérêt en occident grâce à l'enseignement de Yogi Bhajan, maître de Kundalini Yoga et Sikh. La France compterait 10 000 personnes de confession Sikh, résidant essentiellement en Seine St Denis.
 
 
 
- Isabelle Calkins -