Apprivoiser la colère

La colère, cet état affectif violent et passager, est regardée par l'ensemble des religions comme un poison qui éloigne de la sagesse et du bonheur. Largement réprimandée, elle peut cependant trouver sa racine dans une cause juste et devenir ainsi un instrument d'indignation.
 

La colère c'est quoi ?

Inscrite sur la liste des sept péchés capitaux, la colère constitue une émotion complexe qui trouve principalement sa source dans la peur, l'attachement, les habitudes et la tristesse. Elle met en jeu des sentiments, des pensées et des changements physiologiques qui se déclenchent suite à une frustration. Pour Patanjali, la colère est le fruit de l'ignorance et de l'égoïsme qui provoquent une prédominance des gunas (les trois qualités principales) Rajas et Tamas. Les ondes de l'esprit se modifient et éclatent en une décharge d'énergie incontrôlée. Cependant, la colère peut également revêtir des habits plus sournois en demeurant sourde mais néanmoins présente dans l'esprit et se manifestant alors par bribes de façon plus "anodine".
 
 

S'attaquer aux racines

La première démarche à accomplir, pour parvenir à apaiser sa colère, consiste à s'en approcher pour remonter à la source et comprendre véritablement les causes déclencheuses. Dans chacun de nous existe du bon et du moins bon. Il s'agit d'identifier le moins bon pour le raboter, encore et toujours. C'est le travail d'observation consciente de soi auquel nous encourage le yoga pour parvenir à se libérer du samsara, cet héritage qui nous encombre. Un moyen efficace de libérer sa colère, sans qu'elle nuise à quiconque, consiste à coucher sur papier les émotions et pensées qui nous assaillent. Cet exercice permet une mise à distance, souvent salvatrice. Boire de l'eau fraîche aide l'organisme à s'apaiser quand les nerfs sont à vif. Et de façon générale, la respiration abdominale lente calme l'esprit et l'organisme alors que la pratique des asanas fluidifie la circulation de l'énergie dans le corps.
 
 

Apprivoiser sa colère

"Quand on me contrarie, on éveille mon attention, non pas ma colère", ces paroles de Montaigne indiquent avec sagesse la direction à suivre quand la colère des autres s'abat sur nous. Par ailleurs, le travail conscient sur la patience et le pardon apporte un ancrage supplémentaire pour emprunter la voie de l'apaisement. Cependant, si la colère incontrôlée sème la discorde, il existe une colère à teneur spirituelle, fruit d'une sagesse et instrument d'apprentissage ou de révolte. Il en est ainsi pour le parent ou le professeur qui cherche à créer un sens de l'urgence face à une situation qui doit évoluer. L'athlète peut également puiser dans une certaine rage pour trouver des ressources nécessaires pour surmonter un nouvel obstacle. Enfin, la colère peut devenir instrument de révolte, face à une injustice, dans l'espoir d'obtenir un changement. Comme toutes les émotions, la colère est à la base une énergie qu'il convient de nettoyer de ses impuretés puis de canaliser pour qu'elle se manifeste à un moment opportun pour construire le bon.
 
 

- Isabelle Calkins -