Respirer mieux pour vivre mieux

"Nul besoin d'aller dans l'Himalaya, vous pouvez créer l'Himalaya en vous". Cette phrase forte de Prashant Iyengar, fils de BKS Iyengar, résume avec intelligence le propos du yoga: une richesse insoupçonnée sommeille en chacun d'entre nous; il nous appartient de la découvrir et de la modeler. La respiration constitue indéniablement l'un des éléments clé de cette richesse, outil de progrès et d'éveil à la vie, disponible à tous.

Le système respiratoire

Pour fonctionner, l'organisme a besoin d'énergie que lui fournit en partie mais de façon essentielle la respiration. Celle-ci s'opère automatiquement sous la dépendance du système nerveux neuro-végétatif. L'air inspiré passe par le nez, où il est filtré, humidifié et réchauffé, puis s'engouffre dans la trachée artère, les bronches et les poumons pour aboutir dans les alvéoles pulmonaires où l'échange gazeux s'opère. Là, l'oxygène peut alors alimenter le corps (le cerveau consommerait à lui seul 25 % de cet apport) et le sang, chargé de gaz carbonique, retourne dans les poumons où il est alors rejeté par le biais de l'expiration. Le diaphragme est le muscle qui rythme la respiration, il s'abaisse pour permettre aux poumons de faire "le plein". Chaque jour, le corps humain respire environ 19 000 litres d'air. Ainsi, mieux nous respirons, plus l'oxygénation de l'ensemble des cellules du corps devient optimale.


Prendre conscience et apprivoiser sa respiration

Le mode de vie trépidant qui caractérise notre époque influence le rythme et la qualité de la respiration. Nous avons tendance à respirer haut (loin de tout ancrage), de façon chaotique, (portant ainsi la marque des événements que nous vivons) et parfois même à l'envers (avec un gonflement du ventre sur l'expiration). Tout travail sur la respiration commence par l'observation. Allongez-vous sur un tapis en plaçant, si vous le souhaitez, une couverture sous votre tête pour soulager les cervicales. Laissez respirer votre corps, comme il le fait habituellement. Observez le rythme, les mouvements, l'ampleur, sans jugement. Placez ensuite vos mains sur votre ventre et vérifier qu'il se gonfle au moment de l'inspiration et se vide sur l'expiration. Maintenant que vous vous êtes assurés de respirer correctement; doucement et progressivement, commencez à accompagner les mouvements du diaphragme pour qu'ils deviennent plus lents, plus réguliers et plus complets. Cherchez à distribuer l'air dans des parties de vos poumons qui sont habituellement négligées, sinon oubliées. Vous pouvez pratiquer Samavrtti où l'inspiration et l'expiration durent un temps égal. De façon générale, l'inspiration dynamise l'organisme alors que l'expiration le détend.


Prendre en charge sa respiration

Pour certains spécialistes, la respiration se déploie tout naturellement quand nous sommes enfants. En grandissant, les événements de la vie viennent imprimer leur vécu et souvent leur traumatisme dans la structure même de la respiration. Le stress, en particulier, accentue ces désordres. Pour certaines personnes, s'intéresser à leur respiration peut constituer une véritable confrontation tant cette démarche implique de plonger en soi, sans fard. Le yoga place au cœur de son enseignement la découverte et la maitrise du processus respiratoire. Car le souffle constitue cette clé de voute, ce lien et cette passerelle entre le corps et l'esprit. Il a la capacité de les ancrer, de les unifier, et de les bonifier. La maitrise du souffle, comme l'ont révélé les études réalisées sur des moines tibétains en méditation profonde, permet d'influencer positivement la santé, de réguler les émotions, d'évacuer le stress et de construire progressivement une paix intérieure durable et réelle.
ar
ticle Isabelle Calkins
 
- Isabelle Calkins -