Le mandala, une invitation au voyage intérieur

Mandala est un terme sanskrit qui signifie "centre" ou "cercle magique". Le mandala est une représentation graphique semi-figurative (dieux, animaux...) ou semi abstraite (formes géométriques), porteuse d'une symbolique forte. Si son nom est fortement lié aux traditions hindou et bouddhiste, on le retrouve cependant dans de nombreuses cultures.

L'origine du mandala

La structure du mandala, un cercle autour duquel se déploie une périphérie, apparaît très tôt dans l'histoire de l'humanité. Proche de la nature, les hommes devinaient la structure organisationnelle de toute vie: un point central qui, telle une spirale, propage la vie: le bouton de rose qui éclot, le lotus qui irradie, l'iris de l'œil, le tronc de l'arbre, la cellule qui germe, la coquille de l'escargot, la croix ... Cette structure, symbole de vie, fut reproduite abondamment par les Égyptiens, les Amérindiens notamment mais aussi plus près de chez nous à Stonehenge (Angleterre) ou au cœur des cathédrales, par le biais des labyrinthes et des rosaces. Dans la tradition hindoue, on appelle plus volontiers ces figures géographiques des yantra; elles sont alors dédiées à un dieu alors que les mandalas célèbrent plusieurs dieux.
 
 

La symbolique

Le mandala est souvent délimité par un cercle qui fait figure de "roue de la vie". En ce sens, il constitue un espace sacré et représente la structure et l'énergie cosmiques. Il est conçu de façon à permettre à celui qui se plonge dans sa contemplation de calmer son esprit et de progressivement le purifier en absorbant mentalement les schémas proposés par le mandala. Il ramène au cœur et donc au divin qui sommeille en chacun de nous, c'est pourquoi le mandala est régulièrement utilisé comme support de méditation. Son langage précis, à travers les formes utilisées, leur agencement particulier et les couleurs choisies, est à même d'accompagner la conscience vers un cheminement d'initiation. Il agit comme un miroir révélateur et constitue le pendant visuel du mantra, devenant une sorte de prière, de rapprochement et, éventuellement, de communion avec le divin.
 
 

Le mandala de sable

La tradition tibétaine a choisi de célébrer le non attachement et l'impermanence de toute chose en fabriquant des mandalas de sable éphémères. Véritable pratique spirituelle, cette offrande exige discipline, abnégation et dévotion. Seuls les moines pourvus d'une certaine pratique peuvent s'y adonner. La fabrication du mandala s'étale sur plusieurs jours. Alors que certains moines disposent méticuleusement le sable, d'autres, autours, prient pour augmenter les vibrations énergétiques de l'œuvre. Chaque geste est précis, accompagné de l'esprit adéquat. Une fois ce long travail accompli, le sable est alors dispersé, mimant ainsi le mouvement de la vie; flux et reflux, mort et renaissance.
 
 

Les déclinaisons du mandala

Aujourd'hui de nombreux ouvrages reproduisent de célèbres mandalas, tantôt simples et sobres, tantôt riches et complexes. Leur agencement est précis, donnant à voir le chaos ordonné de la vie où chaque instant peut ouvrir sur une révélation. Pour les néophytes, le coloriage ou la fabrication même d'un mandala permet de détendre l'esprit et de l'amener vers plus de sérénité. Quel que soit notre âge, notre culture ou nos dispositions, il existera toujours un mandala pour nous toucher, nous apaiser et réveiller le meilleur en nous.
 
 

 
- Isabelle Calkins