Mudit? ou l'art de cultiver la joie

Le cœur de l'homme a toujours nourri des sentiments contradictoires. C'est ainsi que l'amour, don suprême par excellence, se trouve paradoxalement souvent associé à la jalousie et à l'envie. Pour vivre heureux, le yoga nous rappelle l'importance de cultiver Mudit ?, la joie désintéressée.

Un terrain à défricher

Il faut bien le reconnaître, nous utilisons souvent le bonheur ou le succès des autres pour nous faire de l'ombre. Au lieu de les accepter ou de nous en réjouir, ils causent notre désarroi sinon notre amertume. Notre égo s'en empare et les utilise pour nous accabler. Pour certains psychologues, cette incapacité à se réjouir du bonheur des autres ne serait que le reflet de notre propre incapacité à ressentir ce sentiment à notre égard. Au final, l'envie et la jalousie naîtraient en partie de fait que nous ne nous acceptons pas, que nous ne savons pas nous aimer, reproduisant ce mécanisme à l'encontre des autres. Par ailleurs, l'environnement sociétal qui met en exergue la performance et la compétitivité ne ferait qu'exacerber cette disposition. Comment, dans ce contexte, se libérer de ces nœuds pour s'ouvrir à la joie altruiste?
 

La joie inconditionnelle

Patanjali et Bouddha, tous deux, préconisent la pratique de Mudit?. Mudit? est la joie qui nait du bonheur et des succès d'autrui. Cette bonté fondamentale existe en chacun de nous à l'image des parents qui se réjouissent du succès de leur enfant. Mudit? est la troisième des quatre "demeures célestes" ou "incommensurables": l'amour, la compassion, la joie et l'équanimité. Qualité autant que conduite pieuse, elles se nourrissent les unes les autres pour nous amener vers plus de bonheur et de sérénité. Ainsi, la joie est liée à la compassion et à l'amour et permet de développer gratitude et générosité. "Incommensurables" car ces qualités sont sans fin. Il n'existe pas une certaine quantité de joie que nous devrions nous partager. Bien au contraire, il existerait comme une fontaine de joie à laquelle il est possible de venir puiser, une fois la route connue. En cultivant notre parcelle de joie, au delà des circonstances mouvantes de la vie, nous montrons aux autres comment ils peuvent aussi développer cette disposition.
 

L'art de cultiver la joie

La pratique de Mudit? se trouve à la portée de chacun d'entre nous. Dans un premier temps, il s'agit de prendre conscience de nos mécanismes intérieurs: les observer, sans jugement. Nous trouverons des expériences de joie altruiste, envers les personnes qui nous sont chères, mais aussi de la jalousie ou de l'envie. Dans un deuxième temps, Il s'agit consciemment d'opérer le choix d'orienter notre attention sur le bon. Il n'est pas question d'ignorer les difficultés ou les souffrances mais bien de partir à la recherche du bien, dans une posture, un film, une personne, une situation ou dans temps qu'il fait. Ouvrir notre expérience de la réalité en la rééquilibrant vers le meilleur. Cette pratique réalisée quotidiennement et de façon soutenue va permettre de déraciner progressivement ces mécanismes néfastes qui assombrissent notre vie pour les remplacer par des habitudes plus saines, plus justes, plus joyeuses. La méditation, en particulier, constitue une pratique qui favorise l'épanouissement de Mudit?. En cultivant cette voie, c'est toute notre vie qui jaillit d'une force nouvelle.
 
 
 
- Isabelle Calkins -