Le végétarisme, une nécessité ?

Le végétarisme, qui exclut la consommation de toute chaire animale, est largement répandu en Inde, pays dont le yoga est originaire. Pour de nombreux adeptes du yoga, yoga et végétarisme trouvent leur source dans les mêmes textes, les liant ainsi de façon indissociable. Si la question ne semble pas faire grand débat en Inde, elle divise notamment en occident où les modes de vie intègrent plus volontiers la consommation de viande. 

Les bases du végétarisme dans les textes sacrés

- Les védas: Ces textes sacrés qui datent de - 4 000 à - 1 500 avant J.C. posent les fondements de la pensée hindoue. Ils sont les premiers à évoquer le concept de la transmutation des âmes selon lequel la création est Une. Ainsi, une âme s'incarnerait, au fur et à mesure, sous différentes formes physiques, tantôt humaine, tantôt animale par exemple.
- Les Upanishads: Ils parlent notamment de renaissance; la vie est fluide et le divin habite toute vie. La viande servie à table a peut-être vécu une vie humaine précédemment.
- La loi de Manu: De ce texte émerge l'idée que toute personne participant à la destruction d'une vie animale (soit qu'elle la vende, la coupe ou la serve, par exemple) porte une part de responsabilité dans l'anéantissement de cette vie.
- Bhagavad Gita: Texte essentiel s'il en est de la tradition hindoue qui pose les bases d'une alimentation correcte.

Il distingue trois types de nourriture:

1) La nourriture sattvique (lait, beurre, fruits, légumes et céréales), la plus pure, la plus digeste et la plus équilibrée. Elle assure vitalité, santé, force et endurance.
2) La nourriture rajasique (vinaigre, poissons, fromages salés...), plus excitante et dont il ne faut pas abuser.
3) La nourriture tamasique, comprenant notamment la viande, réputée pour réduire la vitalité du corps et de l'esprit.

- Ahimsa: Premier des 5 yamas (vœux éternels) qui développe le principe de non-violence et de bienveillance à l'égard de toute vie. Ce concept est à la base de la pensée bouddhiste qui se déclare ainsi tout naturellement végétarienne.

La pratique du yoga oblige-t-elle au végétarisme?

Aujourd'hui, le yoga est sorti de son contexte géographique originel et se heurte de ce fait à des modes de vie culturels différents. Si certains yogis comme B.K.S. Iyengar déclarent que le végétarisme constitue une nécessité pour pratiquer le yoga, d'autres se refusent à poser un interdit dont les conséquences pourraient, au final, créer plus de disharmonie. En effet, choisir de ne pas manger de viande en vertu du principe de non-violence peut générer des frustrations qui elles-mêmes peuvent être porteuses de violence, un cercle vicieux qu'ils veulent éviter. Le yoga propose un chemin menant à la découverte de soi et de la réalité telle qu'elle est, passage nécessaire vers un éveil espéré. Pour parvenir à incarner les différentes dimensions (physique, spirituelle, émotionnelle...) de l'enseignement du yoga, sans doute faut-il du temps. Le corps s'est forgé ses habitudes et sa personnalité qui ne se transformeront qu'à force de persévérance, cela est vrai dans la pratique des asanas, comme du pranayama, comme dans la pratique alimentaire. S'il est vrai que, pour les yogis, les choix alimentaires ne peuvent être anodins (la nourriture du corps constitue la fondation de la nourriture de l'esprit et des émotions), sans doute est-il préférable d'opérer un choix personnel éclairé et juste qui tienne compte de la personne que nous sommes et qui porte en lui les germes d'évolutions à venir.