Pratique progressive des postures inversées

Lorsqu'on aborde les postures inversées pour la première fois plusieurs sentiments affluent, se mèlent ou non selon les personnalités et les capacités physiques. Que ce soit pour sa première « chandelle », salamba sarvangasana ou pour des postures plus compliquées, une appréhension est toujours présente. Nous sommes en effet plutôt habitués à être en appuis sur nos pieds voir assis ou allongés mais pas trop avec la tête en bas en appuis sur les épaules, la tête, les bras ou les mains. 

L'essentiel pour ces postures inversées est d'être sûr d'avoir le corps prêt pour les pratiquer et de ne pas brûler les étapes. Il est en général reconnu qu'on ne pratique pas de postures inversée lorsqu'on est indisposée car la posture est contraire au processus naturel en cours. De même on comprend assez facilement que les postures inversées de type « chandelle » salamba sarvangasana ou posture sur la tête shirsasana sont déconseillées en cas de problème de cervicales. Toutefois, dans certains cas elles sont possibles, il faut alors pratiquer avec un professeur compétent.

Regardons ici une évolution dans votre pratique de postures inversées.

1/ Pour préparer salamba sarvangasana (ou la chandelle), cette variation de setubandasana permet une travail sur les épaules qui ont besoin de souplesse tout comme le buste qui doit s'ouvrir et le haut du dos qui doit s'allonger. Vous pouvez ensuite amplifier le mouvement en effectuant la même posture avec les pieds au mur, ce qui se rapproche de la salamba sarvangasana.

2/ Salamba sarvangasana est l'étape suivante; il faut prendre garde aux cervicales, l'appui doit se porter sur les épaules, au besoin placez une couverture pliée sous les épaules.

3/ Halasana fait intervenir la souplesse des jambes.

4/ et karna pidasana oblige à trouver la respiration dans le dos.

Toutes ces postures préparent à la posture sur la tête. Shirsasana (posture sur la tête ou "headstand").
Qui doit être apprise absolument avec un professeur.